Que se passe-t-il ici?


PUBLIÉ LE 15/05/2015
  by Ian Fallis





(Veuillez noter : Les liens externes fournis dans cet article apparaîtront dans leur langue originale)

L’homme âgé ne comprenait pas ce qu’il voyait. Ses voisins avaient déjà deux familles missionnaires qui habitaient parmi eux et son people n’avait personne. Pourquoi la nouvelle famille était-elle là?   

Une invitation

“Vous devriez habiter avec nous, apprendre notre langue et nous enseigner le parler de Dieu”, a-t ’il dit à Seth Callahan.

Seth, comme nous l’avons mentionné dans le courriel envoyé le 11 janvier, est dans le village avec sa famille en tant qu’initiation à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. « Je vais repartir dans quelques semaines », dit-il à l’homme.

Puis, la situation est devenue très sérieuse. 

Une Menace

“J’ai assisté à l’une des églises près d’ici et ils enseignent seulement à partir des Bible Pidgin ou Anglaises” dit l’homme. “Ils m’ont dit que si je ne crois pas au Parler de Dieu, j’irai à l’endroit de feu. Je ne comprends pas le Parler de Dieu par contre… Si vous ne venez pas habiter avec nous, je vais me couper le doigt.”

Seth croyait que c’était peut-être une expression locale, mais l’homme était sérieux. Se couper un doigt est un signe de grand deuil. Voilà à quel point l’homme était désespéré d’entendre la Parole de Dieu. 

En essayant par trois fois, Seth a finalement convaincu l’homme de garder son doigt en lui promettant de faire connaître aux autres le besoin pour des missionnaires.


“Il leur dit: La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson.” Luc 10:2

En lire plus sur le blogue de Seth


blog comments powered by Disqus
 

Magazine NTM@work

Restez au courant de ce qui se passe sur le champ missionnaire avec notre magazine NTM@work. En anglais seulement.
Abonnez-vous.

Des mises à jour

S'inscrire à la liste d'envoie de lettre de nouvelles par courriel
Abonnez-vous